Comment créer un budget efficace ? Exemple de mon modèle de budget

Dans ce guide, nous verrons en détail comment créer un budget à partir de zéro en utilisant un exemple réel basé sur mon modèle de budget. Puis en fin d’article, je vous donnerai 10 conseils pratiques pour vous aider à respecter ce nouveau budget.

Modèle de budget

Pourquoi est-ce important d’avoir un budget ?

Un budget personnel représente l’ensemble de vos revenus et de vos dépenses. En le préparant à l’avance, vous pourrez optimisez la façon dont vous utilisez votre argent. Car avant de penser à investir ou à gagner plus d’argent, il faut d’abord s’assurer que les fondations sont solides et que l’argent « ne fuit pas ». En effet, si vous gagnez plus mais que votre argent s’évapore sans que vous vous en rendiez compte alors cela n’a aucun intérêt car vous n’épargnez rien du tout. De plus, contrôler ses finances permet aussi de surmonter une crise plus sereinement car vous savez que votre système fonctionne.

Avoir un modèle de budget peut être utile pour plusieurs raisons :

  • Vous avez un vision claire de l’état de vos finances personnelles. Vous savez combien vous gagner réellement et vous pouvez voir où va exactement votre argent selon quels types de dépense.
  • Vous contrôlez directement votre argent. En sachant exactement à quoi sert chaque centime gagné, vous pouvez mieux vous rendre compte des dépenses « inutiles » et les réduire pour les mois prochains.
  • Vous diminuez vos dépenses. Si vous savez qu’une dépense ne fait pas partie de votre budget initial, il sera plus difficile de faire cet achat. De cette manière, cela vous permet de diminuer les dépenses inhabituelles et les achats compulsifs.
  • Vous priorisez votre taux d’épargne. Un budget vous aide à prioriser l’épargne et vous pouvez commencer à penser à de futurs investissements. Ces deux éléments sont essentiels pour construire une stabilité financière pour les années à venir.

Comment créer un modèle de budget à partir de zéro ?

Voici les cinq étapes théoriques nécessaires pour vous créer un modèle budget. Pour voir un exemple concret, rendez-vous à la section suivante.

1. Déterminez vos sources de revenus.

Listez toutes vos sources de revenus, qu’elles soient liées à votre salaire net, à vos investissements ou à des activités secondaires.

Ajoutez également s’il est prévu que vous obteniez un 13ème salaire ou un bonus à la fin de l’année.

Pour les revenus incertains, comme des revenus liés à des investissements, cela dépendra de votre rendement. Notez une somme approximative, plutôt basse, pour éviter de trop compter sur cette somme car elle peut être soumise à l’état de l’économie actuelle. Idem pour les loyers que vous percevez, cela peut dépendre de beaucoup de choses : travaux, logement inoccupé, imprévus…

Pour finir, faites le total de vos revenus sur une base annuel puis divisez cette somme selon la cadence choisie.

En ce qui concerne la cadence, utiliser une cadence mensuel reste la solution de facilité car nos relevés bancaires sont calqués selon ce modèle. Mais pour les personnes qui débutent et qui ont tendance à dépenser plus que ce qu’ils gagnent, je suggérerai de commencer par un budget hebdomadaire afin de réagir en cas de dépassement important.

2. Listez toutes vos dépenses.

En premier lieu, notez toutes vos dépenses « essentielles », c’est-à-dire celles qui couvrent vos besoins primaires (avoir un repas chaud et un toit sur la tête). Certains sont fixes et ne changent pas d’un mois à l’autre, comme le loyer, les assurances, les impôts… d’autres sont variables comme les courses, l’électricité, les rendez-vous chez le médecin…

Puis listez et estimez vos dépenses « non essentielles ». Ces dépenses améliorent notre quotidien, elles sont évidemment utiles du point de vue de notre santé mentale mais en cas de coup dur, elles peuvent être stoppées temporairement. Elles varient selon les mois et c’est souvent ces dépenses qui font exploser le budget, par exemple vos abonnements de téléphone ou d’internet, les repas ou les verres à l’extérieur, les habits, les activités sociales, les cadeaux…

3. Définissez votre objectif d’épargne en estimant un budget.

Reprenez la liste précédente et estimez ce que vous pensez dépenser au cours de la semaine, du mois ou de l’année. Pour les dépenses fixes, qui ne varient pas, notez le montant exact en reprenant votre précédentes factures.

Faites le total du budget estimé à l’année puis soustrayez vos revenus annuel. Divisez ensuite le total par 12 si vous choisissez de calculer par mois. Ce nombre représente le montant que vous pouvez épargner en moyenne tous les mois. Si le chiffre est positif alors il représente un surplus, c’est du « bonus » car vous couvrez déjà tous vos besoins essentiels et non essentiels. Si le chiffre est négatif alors vous être en déficit et vous estimez dépenser plus d’argent que vous n’en gagnez. C’est un problème et il faut travailler là dessus.

Vous pouvez aussi calculer votre taux d’épargne en divisant votre épargne moyenne par la somme de vos revenus par mois. A titre de comparaison, le budget FIRE consiste à épargner autant que possible, pour atteindre des taux d’épargne supérieurs à 50%.

4. Suivez vos finances et ajustez-les si besoin.

Rassemblez toutes vos dépenses réelles, en reprenant vos relevés bancaires ou en utilisant une application de suivi des dépenses. Vous pouvez utiliser des applications payantes qui sont directement liées à votre compte en banque ou créer vous-même un tableau Excel pour tracker toutes vos dépenses quotidiennes.

Notez pour chaque catégorie le montant total de vos dépenses. Tout comme votre budget, faites le total de toutes vos dépenses réelles et soustrayez votre revenu pour le mois en cours. Vous obtenez alors ce qui vous reste (ou pas) à la fin du mois. Et enfin divisez ce nombre par votre revenu total pour obtenir votre taux d’épargne pour le mois actuel.

Essayez de maximiser ce taux d’épargne en essayant de réduire vos dépenses « non essentielles » dans un premier temps. Soyez attentif à vos émotions, si vous trouvez qu’une dépense ne vous apporte pas de valeur ou que vous culpabilisez lors de son achat, alors réduisez-la, voire supprimez-la. A l’inverse, si boire des verres avec vos amis est important pour vous alors ne vous privez pas.

Puis, lorsque vous pensez être arrivé au bout, au minimum selon vos besoins, cherchez à augmenter vos revenus soient en démarrant une activité secondaire soit en investissant votre surplus.

5. Dépensez l’argent restant sans culpabiliser.

Pour ma part, il s’agit de l’étape la plus difficile 😄 . Parfois, il faut savoir aussi se faire plaisir car si c’est pour se restreindre toute sa vie en attendant votre retraite, alors ça n’en vaut pas la peine. Votre modèle de budget vous aidera à découvrir quelles dépenses vous rendront le plus heureux.

Mon modèle de budget : un exemple réel.

Dans cette partie, je vais détailler en pratique comment créer un budget à partir de mon modèle de budget. Pour cela, je vais me servir du modèle de budget que j’utilise tous les mois pour suivre mes finances. Vous pouvez le télécharger gratuitement ici : Télécharger mon modèle de budget.

1. Déterminez vos sources de revenus.

Sources revenus

Dans un premier temps, il est nécessaire de lister toutes les catégories de revenus que vous pourriez avoir au cours de l’année. Personnellement, j’ai un salaire régulier qui tombe tous les mois et un 13ième salaire. Les montants sont nets, c’est ce que j’ai concrètement sur mon compte en banque à la fin du mois.

Je m’attends également à recevoir quelques dividendes au cours de l’année, donc j’inscris le montant estimé par mois (c’est une estimation, cela dépend évidemment des marchés financiers). Je prévois de travailler un peu durant mon temps libre pour me créer un revenu secondaire (faire quelques sites internet pour des particuliers notamment).

Et toujours en quête de minimalisme, j’ai l’intention de vendre quelques-unes de mes affaires au cours de l’année. J’ai aussi noté une catégorie « Divers » pour les dons et les retours d’argent non attendus (comme les impôts 😉).

Grâce au graphique ci-dessus, on voit que mon salaire représente quasiment ma seule source de mes revenus, j’en suis donc très dépendante. Trop dépendante à mon avis. C’est pourquoi, je vais tout faire pour essayer d’équilibrer ce ratio. Je ne chercherais pas à gagner plus au niveau de mon salaire, mais je vais plutôt trouver des stratégies pour augmenter les autres sources.

2. Listez toutes vos dépenses.

Sources dépenses

Pour ma part, j’ai séparé mes dépenses en deux grandes catégories : les dépenses « essentielles » qui correspondent à nos besoins primaires et les dépenses « non essentielles » qui sont utiles à mon bien-être et mes envies.

Puis dans chacune de ces catégories, je liste des sous-catégories qui correspondent à mes dépenses. Cette liste est propre à chacun, si vous n’avez pas d’animaux de compagnie alors inutile d’avoir une catégorie « Animaux de compagnie ».

Pour les factures annuelles, je divise leur montant par 12 pour avoir une estimation de ce que cela représente par mois (par exemple, pour certaines assurances et pour l’abonnement de sport). Etant donné que mes impôts ne sont pas prélevés à la source, je préfère les noter en tant que dépenses fixes car j’effectue un virement tous les mois.

En ce qui concerne les montants accordés à chaque catégorie, je prends les montants exacts de mes factures, sinon je regarde combien j’ai dépensé l’année précédente dans cette catégorie. Quand j’ai crée mon premier budget, j’ai dû faire avec des estimations en me basant sur mes envies et ce que je pensais être juste. Parfois, le montant était sous-estimé, parfois il était sur-estimé. Mais c’est en mesurant toutes ces données que l’on peut ajuster les chiffres et être de plus en précis. De plus, on apprend également à reconnaître les dépenses qui nous font du bien de celles qui ne nous apportent rien, sinon des regrets.

Grâces aux graphiques, on voit que ma plus grosse dépense est celle de mon loyer. J’habite dans une grande ville où les loyers sont très chers. En plus de ça j’ai un appartement relativement grand pour mon usage. J’en suis consciente et je suis d’accord avec cette dépense car je me sens bien là où je vis, et c’est le plus important en fin de compte. Evidemment je pourrais trouver moins cher, mais c’est une dépense qui en vaut la peine.

En ce qui concerne mes dépenses « non essentielles », on voit que j’accorde beaucoup d’importance à mon éducation, mes vacances et les sorties dans les bars et restaurants. Je préfère réduire sur le reste mais profiter de ces moments là sans trop « me priver » à cause de l’argent.

La catégorie « Divers » représente aussi beaucoup, mais elle est toujours sur-estimée. Elle est là pour me servir de filet de sécurité en cas d’imprévus. Comme ça, je sais que je dois toujours garder un peu plus pour des dépenses inattendues (factures médicales non prises en charge, réparation d’un véhicule…).

3. Définissez votre objectif d’épargne en estimant un budget.

Taux d'épargne théorique

Ensuite, je calcule combien il me reste (ou pas) à la fin de chaque mois selon mon budget en soustrayant mes dépenses à mes revenus à l’année. Puis je divise par 12 pour avoir une moyenne au mois. Bien sûr, il s’agit d’une moyenne et cela varie au cours des mois, surtout lorsque je paye des factures annuellement. Il y a même des mois où je suis en déficit. Mais heureusement, c’est temporaire et cela ne dure qu’un mois !

Je regarde aussi mon taux d’épargne moyen en divisant mon surplus mensuel par mes revenus mensuels. C’est un taux théorique, pour moi il représente surtout un minimum à atteindre. Je m’attends toujours à avoir un taux d’épargne supérieur à la fin de l’année.

4. Suivez vos finances et ajustez-les si besoin dans votre modèle de budget.

Etat dépenses par mois
Etat revenus par mois
Etat taux d'épargne par mois

En début de chaque mois, je fais un récapitulatif de toutes mes dépenses par catégorie du mois précédent. En général, je tracke toutes mes sorties d’argent sur le même Google Sheet (avant j’avais l’habitude de le faire avec une application).

Idem pour mes revenus en vérifiant mes relevés de compte bancaire. Je fais le total de mes dépenses et de mes revenus réels puis je calcule le surplus ou déficit ainsi que mon taux d’épargne pour le mois passé. Tout est inscrit sur un même tableau afin de pouvoir comparer rapidement les résultats selon les mois.

Lorsque je suis en déficit, je fais généralement une petite « rétrospective » de ce qui s’est passé. J’essaie d’analyser quelle est la raison à ça et je regarde si c’était attendu ou pas. Par exemple, quand j’ai déménagé j’ai eu un déficit d’environ 1000 CHF, mais c’était normal car on a eu des dépenses liées au déménagement, et je sais qu’elles sont exceptionnelles. Par contre, si je vois que je suis en déficit de 500 CHF à cause d’une soirée particulièrement arrosée alors je me dis que je vais devoir y aller doucement le mois prochain.

5. Dépensez l’argent restant sans culpabiliser.

Budget restant

Il s’agit là du tableau que j’ai le plus tendance à négliger. Pourtant, je sais que cela me ferait du bien de dépenser de l’argent sans culpabiliser. J’ai tendance à toujours vouloir économiser tout ce qui me reste. Alors oui, c’est bien de sauver un peu d’argent et de ne pas le dépenser inutilement mais il faut savoir se faire plaisir (quand il s’agit vraiment d’un plaisir).

L’idée n’est pas non plus de tout dépenser avant la fin de l’année lorsqu’une catégorie est dans le vert mais de relativiser et de se permettre quelques plaisirs de temps en temps. A l’inverse, si une catégorie est dans le rouge, cela ne signifie par forcément de ne plus rien dépenser. Il s’agit surtout de faire attention pour les futures dépenses, en se demandant si cet achat est vraiment nécessaire, si on en a vraiment besoin. Il conviendra aussi d’adapter le budget pour l’année prochaine. Bien sûr, selon moi, cela ne s’applique pas aux dépenses « essentielles ». Si vous avez besoin de soins, vous n’allez pas éviter de vous soigner juste parce que le budget est rouge on est bien d’accord 😅 .

8 conseils pratiques pour vous aider à respecter votre budget.

1. Déterminer avec précision l’état de vos finances avant de commencer

Lorsque vous créez un budget, vous devriez savoir où vous en êtes exactement en calculant notamment :

  • Valeur nette de votre capital : votre valeur nette donne un aperçu de la santé de votre situation financière à un moment donné. Vous pourrez savoir si vous faites des progrès ou pas.
  • Vos revenus : combien d’argent net vous gagnez tous les mois.
  • Vos dépenses : combien d’argent vous dépensez tous les mois. Essayez de séparer les « besoins » et les « désirs » dans ces calculs car les « désirs » peuvent être supprimés en cas de réelle nécessité.

Une fois que vous connaissez ces 3 paramètres, vous disposez des bases nécessaires pour établir un budget solide.

2. Choisissez une stratégie de budgétisation

Il existe plusieurs stratégies pour créer un budget, et passer de l’une à l’autre est le meilleur moyen pour ne vous tenir à aucune d’entre elles. Il est préférable de choisir une stratégie dès le début et d’essayer pendant au moins une année. Si cela ne fonctionne pas et que cela ne vous aide pas à atteindre vos objectifs financiers, alors faites le changement et essayez quelque chose de nouveau.
Voici quelques stratégies de budgétisation à considérer :

  • Budget 80/20 : c’est la technique la plus simple qui consiste à dépenser 80% de vos revenus et à économiser 20%.
  • Budget 50/30/20 : cette stratégie consiste à consacrer 50% de vos revenus à vos besoins, 30% à vos envies et 20% vers votre épargne.
  • Budget FIRE : ce budget, qui représente avant tout un mode de vie, consiste à épargner de façon agressive afin d’atteindre l’indépendance financière le plus rapidement possible. Ses adeptes arrive à épargne entre 50% et 70% de leurs revenus.

3. Ayez des objectifs atteignables

Imaginons que vous avez calculé vos revenus et vos dépenses et vous constatez que vous dépensez actuellement 90% de ce que vous gagnez. Si c’est le cas, il n’est pas logique que vous ayez l’objectif de fixer votre taux d’épargne à 50%. Cela vous obligerait à apporter des changements drastiques qui risqueraient de vous faire abandonner.

Au lieu de cela, définissez des objectifs d’épargne réalistes et commencez par économiser 80% en réduisant seulement quelques dépenses. Au fil du temps, vous pourrez adapter vos objectifs à mesure que vous augmenterez vos revenus.

4. Payez-vous d’abord

Si votre objectif est d’épargner un maximum, alors faites de cet objectif une priorité. Dès que vous recevez votre salaire, faites un virement automatique vers votre compte épargne. Ainsi, vous serez sûr de n’avoir pas dépenser cet argent et d’avoir rempli votre objectif pour le mois.

5. Ayez une marge de manoeuvre

On ne sait jamais ce qui peut arriver : votre voiture tombe en panne, vous devez payer des frais médicaux non pris en charge, vous vous faites virer du jour au lendemain, un virus arrive et vous devez cesser votre activité… Les surprises arrivent. C’est pourquoi il est indispensable de mettre de l’argent de côté pour vous constituez un fond d’urgence, qui couvre au minimum 6 mois de vos dépenses.

Dans votre budget mensuel, ayez également une catégorie « Divers » pour faire face aux imprévus. Si vous n’y avez pas touché, vous pouvez déplacez cet argent vers vos économies, vos investissements ou dépensez-le dans quelque chose qui vous fait plaisir.

6. Suivez vos progrès

Créer un budget nécessite de le suivre, sinon autant ne pas en faire un. Il est donc important de prévoir du temps pour suivre l’état de ses finances. En début de mois, fixez-vous un créneau pour faire le bilan du mois passé.

7. Adaptez votre modèle de budget au fil du temps

Suivre votre budget, c’est aussi l’adapter au fil du temps. Surtout dans les premiers mois, lorsque vous êtes en train de déterminer votre stratégie. Il existe de nombreuses options pour adapter votre budget et c’est à vous de les trouver selon vos besoins, mais voici quelques-unes que vous devriez envisager lors que vous effectuez des ajustements :

  • Réduisez les dépenses : n’essayez pas de tout réduire d’un seul coup. Choisissez d’abord une catégorie et trouvez un moyen de réduire le montant de ces dépenses.
  • Analysez vos émotions lorsque vous dépensez votre argent : cela s’applique surtout pour vos « envies ». Si cet achat ne vous apporte pas de joie, si quelques jours après vous regrettez votre achat, alors c’est qu’il est peut-être temps de réduire cette dépense.
  • Augmentez votre épargne : si vous voyez que vous pouvez facilement augmenter votre épargne, alors fixez-vous un objectif de taux d’épargne plus élevé.
  • Augmentez vos revenus : si vous sentez que vous ne pouvez plus réduire vos dépenses sans dégrader votre bonheur, alors trouvez une manière d’augmenter vos revenus.

8. Automatisez au maximum

L’automatisation peut vous aider à gagnez du temps dans votre processus de budgétisation. De la configuration des factures aux virements automatiques en passant par l’analyse de chaque dépense, vous pouvez mettre en place des actions qui vous faciliteront la vie :

  • Servez-vous d’un tableur Excel ou Google Sheet pour créer votre modèle de budget. Cela vous permettra de calculer rapidement les montants dont vous aurez besoin pour votre analyse mensuel.
  • Utilisez une application qui trackent vos dépenses depuis votre compte bancaire et qui les classent directement selon vos catégories (vous pouvez par exemple utiliser Bankin, Mint ou encore You Need A Budget)
  • Recevez vos factures de manière numérique et payez les directement depuis votre ebanking.
  • Pour les factures récurrentes comme votre loyer, mettez en place un virement automatique pour évitez d’y penser.

Créer un budget, c’est facile en théorie. C’est en revanche beaucoup plus difficile de le respecter en pratique. Mais ça s’apprend, au fur et à mesure du temps on devient meilleur, on commence à connaitre nos réelles envies. En ayant un modèle de budget efficace, on comprend où va notre argent et on apprend quelles dépenses nous rendent le plus heureux. Et c’est surtout ces dépenses qu’il faut maintenir et conserver à tout prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *