Les dangers du matérialisme et de la surconsommation

Matérialisme et surconsommation : quels sont les dangers ? Comment nous affectent-ils en tant qu’individu ? Heureusement, il existe des astuces pour éviter de tomber dans ce piège du “toujours plus” (oui le minimalisme n’est pas très loin 😉).

Est-ce que vous saviez que nous sommes en moyenne confrontés à 1200 publicités par jour. Non mais vous imaginez, il y a 1200 marques différentes qui essayent de nous vendre un truc tous les jours, c’est énorme !

Le problème est que c’est inconscient : notre cerveau voit la marque X l’espace d’un instant et il fera le lien par la suite quand il s’agira de choisir entre plusieurs marques. Il choisira la marque X car elle lui est familière. On pense avoir le libre arbitre mais ce n’est qu’une illusion.

Bien sûr au début, on résiste, on n’achète évidemment pas tout ce qui nous ai présenté. Et heureusement ! Mais après un certain temps, on craque et on achète un objet dont on n’a pas besoin. Ce genre de phénomène nous arrive à tous.

N’oublions pas une chose : lorsqu’on achète quelque chose, on ne le paye pas réellement avec notre argent. On le paye avec les heures qu’on a passé à essayer de gagner cet argent.

Matérialisme et surconsommation : quels dangers ?

Je vais commencer par une rapide définition du matérialisme : il s’agit de l’attitude générale ou du comportement de celui qui s’attache avec jouissance aux biens, aux valeurs et aux plaisirs matériels. Pour résumer, quelqu’un qui aime posséder des objets.

La roue infinie de l’insatisfaction

Premier problème avec le matérialisme : vous serez ne serez jamais satisfait. C’est un fait. Vous serez toujours en train de courir derrière quelque chose. Qu’il s’agisse du dernier téléphone qui vient de sortir, d’une paire de chaussures qui s’accorderait très bien avec cette nouvelle chemise que vous venez d’acheter ou encore ce nouveau mixeur 2.0.

On est bloqué dans cette roue infinie qui se s’arrête jamais parce qu’on n’aura jamais assez. Je suis sûre qu’on a tous en tête une liste de choses qu’on souhaiterait s’acheter. Et dès qu’on supprime un article de cette liste, un nouveau vient s’ajouter à la liste. C’est sans fin.

Comment peut-on se sentir accompli et heureux quand on court après l’argent et les objets ? Parce qu’il y a toujours quelqu’un qui aura plus et qui aura mieux. Il s’agira peut-être de votre collègue qui viendra de s’acheter le dernier téléphone avec un appareil photo « indispensable » ou encore votre voisine qui vous raconte qu’elle revit depuis qu’elle boit des smoothies au brocolis grâce à son super mixer.

La fatigue de décision

Personnellement, j’ai remarqué qu’avoir trop de choix me causait du stress et de la fatigue. De la fatigue liées aux micro décisions que je dois faire au quotidien. Par exemple, lorsque je dois choisir comment m’habiller le matin : chemise bleu ou chemise blanche ? Lorsque je prépare ma première boisson du matin : thé ou café ? Ou encore lorsque je prends le train : regarder Netflix ou lire un livre ?

C’est complètement contre intuitif mais limiter mes options est actuellement ce qui me donne le plus de liberté dans ma vie. Quand je me débarrasse de choses, je me sens légère car je suis libérée des contraintes que m’imposait ces objets..

Ce tri me permet d’avoir plus de temps à disposition. Car c’est du temps que je ne passe pas à choisir et décider pour des choses qui au final n’ont que très peu d’importance. Un exemple concret : passer 10 minutes à choisir votre tenue pour le lendemain. Si vous aviez seulement quelques habits, le choix serait vite fait et vous pourriez passer plus temps à faire autre chose. Au final, qui se souviendra de votre tenue dans 2 mois, dans 6 mois ou dans 1 an ? Personne, même pas vous.

On n’achète pas pour nous mais pour les autres

En général, on achète pour deux raisons : soit parce qu’on en a besoin pour vivre soit parce qu’on en a envie. Discutons un peu plus en détail de ce deuxième cas de figure.

Dans la vie, on fait les choses pour deux raisons:

  • Quand on a réellement envie de le faire, on aime faire cette activité. Par exemple, vous aimez lire et vous lisez au moins un livre par semaine. Et si vous deviez choisir entre un livre ou Netflix après une journée épuisante, vous choisissez le livre sans réfléchir. Peu importe s’il est abimé ou s’il vient de la bibliothèque et que vous devez le rendre après. C’est la raison intrinsèque car ça vient de vous et vous le faites pour vous.
  • Quand vous le faites pour quelqu’un. Dans ce cas, vous n’achetez pas un livre parce que vous avez envie de le lire mais plutôt parce que quelqu’un vous y oblige (vos parents ou votre professeur par exemple). Une autre possibilité, c’est que vous avez envie de renvoyer une certaine image de vous-même, pour montrer votre appartenance ou votre statut social à travers les livres que vous avez dans votre bibliothèque. C’est la raison extrinsèque car vous le faites pour les autres.

Plus vous serez motivé par des raisons extrinsèques, plus vous deviendrez anxieux et stressé. Car ce sera toujours les autres qui vous pousseront à acheter, que ce soit conscient ou non. Malheureusement, dans cette société actuelle, on est souvent amené à faire les choses pour des raisons extérieures et il faut en être conscient.

Prenez les réseaux sociaux. Dans le but de faire envie à d’autres personnes avec notre vie incroyable, on prêt à sacrifier une partie du moment présent pour pouvoir le prendre en photo ou le filmer afin de le poster sur les réseaux. Par exemple, vous êtes à un concert et vous prenez en vidéo une partie du concert. Mais combien d’entre nous regardons les vidéos, qui sont d’ailleurs de très mauvaise qualité, réalisées durant le concert ? Soyons honnêtes, très peu de personnes. Pourtant, pendant plusieurs minutes, nous regardons ce concert à travers l’écran de notre smartphone. Et spoiler alert : tout le monde s’en fout de notre vidéo tout pourrie où la qualité est mauvaise et où on entend notre voisin hurler pendant le refrain d’une chanson. Toutes les personnes qui ont leur téléphone en l’air lors d’un concert le font pour dire aux autres : enviez-moi, ma vie est trop cool, je vis un super moment.

Désormais, lors de votre prochain achat, demandez-vous si vous achetez cet objet pour des raisons intrinsèques ou pour des raisons extrinsèques. Bien sûr, je ne dis pas qu’il faut complètement arrêter d’acheter pour des motivations extérieures. Ce serait d’ailleurs impossible. Si vous avez envie de rencontrer l’âme sœur, évidemment que vous voulez être bien habillé. Mais essayez au moins d’inverser la tendance en faisant plus d’achats pour vous-même que pour les autres.

La surconsommation coûte cher

Et oui, le matérialisme coûte de l’argent. Beaucoup d’argent. Sans mentionner l’impact sur l’environnement qui est désastreux. Alors que vous pourriez utiliser cet argent pour un grand projet qui vous tient à cœur au lieu d’acheter de la bricole à 10€.

D’ailleurs si vous voulez savoir comment le minimalisme a changé ma vie, je vous renvois vers cet article :Comment le minimalisme a changé ma vie. Je vous raconte comment j’ai considérablement amélioré mes finances grâce à ces 3 objets que je n’achète plus.

Comment éviter de tomber dans le piège du matérialisme et du « toujours plus »

Heureusement, il y a des astuces qui se pratiquent au fil du temps pour éviter de tomber dans ce piège du matérialisme et du consumérisme. Grâce à ça, on va pouvoir se concentrer sur ce qui compte vraiment et avoir beaucoup plus de temps à disposition.

Désencombrer

Probablement, l’une de mes préférées : faites du tri chez vous. Regardez ce que vous avez réellement dans vos placards et vos tiroirs. Quand j’ai commencé mon voyage vers le minimalisme, c’est à ce moment là que je me suis rendue compte de toutes les merdouilles et objets de mauvaise qualité que j’avais accumulé au fil du temps. Je me suis rendue compte que beaucoup de mes achats étaient inutiles quand je regardais mon armoire et que je réalisais que je n’utilisais que 20% de tous mes habits.

Désencombrer mon appartement a été le plus libérateur pour moi parce que j’ai réalisé que je n’avais pas besoin de tout ça. L’autre avantage, c’est que je n’ai pas besoin d’autant de place pour stocker tout ce que je possède. Eviter d’être matérialiste nous permet de faire des grandes économies au niveau du mobilier et du loyer.

Et si ça peut vous rassurez pour vos futures séances de tri, aucun des objets dont je me suis débarrassée ne m’a manqué une seule fois. Je n’ai aucun regret.

Se déconnecter du monde virtuel

Passez du temps de qualité loin des écrans, que ce soit le téléphone, l’ordinateur ou encore la télé. L’idée est de faire des jours « off », déconnecté de notre quotidien virtuel. Par exemple, vous pourriez faire une randonnée ou un voyage de plusieurs semaines. Plus votre coupure sera longue et plus elle sera efficace. Et c’est dans ce genre de moment que vous allez apprendre à vous connaître. Vous allez vous rendre compte de ce que vous voulez vraiment et quelles sont vos motivations intrinsèques.

Sans partir à l’aventure loin de chez vous, vous pouvez tout simplement essayer de limiter l’utilisation de votre téléphone au quotidien. Regardez combien de temps vous passez sur votre téléphone et essayez de réduire de 15 minutes la première semaine, puis de plus en plus au cours du temps.

Vous pouvez aussi essayer de faire une semaine sans Netflix. Au lieu de ça, jouez à des jeux de société (et il existe même des sortes « d’escape game » à jouer en solo, donc pas n’excuse si vous n’avez pas d’amis 😉).

En consommant tout ce contenu sur internet, que ce soit du divertissement ou à titre informatif, on devient une sorte de mélange de tout ça. On est modelé par les publicités et les influences indirectes, et à la fin, ça transforme petit à petit notre manière de voir les choses. D’ailleurs si vous voulez allez plus loin dans ce concept, je vous recommande le documentaire sur Netflix : Derrière nos écrans de fumée. Alors on ne remarque rien à l’échelle de plusieurs semaines mais sur des années cela fera une grosse différence. Et puis d’un autre côté, réduire ce temps d‘écran vous permettra de limiter vos achats pour des raisons extrinsèques. Vous éviterez ainsi de voir 1200 publicités par jour et vous serez moins déprimée de voir la « vie incroyable » de toutes ces personnes sur Instagram.

Éviter les achats impulsifs

A l’heure actuelle, lorsqu’on souhaite avoir quelque chose, on peut l’avoir le lendemain, certaines fois le soir même ! Et dans ces conditions, c’est extrêmement compliqué de résister. Et je comprends ça, complètement. Même si j’attends longtemps avant d’acheter un objet qui n’est pas nécessaire, je dois avouer que lorsque j’ai décidé de le commander, je suis contente de l’avoir rapidement. Malheureusement, cette possibilité d’acheter et de commander immédiatement nous rend très impatient.

De plus, en achetant en ligne, on ne se rend pas compte de l’argent que l’on dépense. Au final, tout ce que l’on fait c’est taper des numéros pour y ajouter une carte de crédit. On ne touche plus cet argent physiquement et on en oublie sa valeur…

Dans un premier temps, prenez conscience de la raison qui vous pousse à acheter. Est-ce un besoin ? Une envie ? Voulez-vous vous faire plaisir après passé une mauvaise journée ? Ou essayez vous de combler un vide ? Faites quand même votre achat, mais assumez mentalement votre motivation.

Ensuite, quand vous serez prêt, attendez au moins toujours le lendemain avant de faire un achat et vous verrez que vos achats impulsifs seront réduits par deux.

Accorder votre nouvel achat avec le reste

Si vous avez besoin de remplacer un objet, faites en sorte qu’il s’accorde avec votre environnement existant. Cela vous évitera de devoir tout remplacer en cas de nouvel achat. Personnellement, il m’est souvent arrivé de devoir m’acheter seulement un pantalon et puis finalement, je suis ressortie de la boutique avec une paire de chaussures et un teeshirt pour aller avec l’ensemble. Et c’est la même histoire, si vous devez changer de mobilier. Ne rachetez pas tous les meubles de votre salon si vous avez uniquement envie de changer le canapé. Au lieu de ça, essayez d’acheter directement les objets qui vont aller avec ce que vous possédez déjà.

Privilégier la qualité

Au lieu d’acheter 5 teeshirts chez H&M à 10€, privilégiez l’achat d’un seul teeshirt de bon qualité à 50€. Au lieu d’acheter des téléphones pas trop chers et de qualité médiocre (genre Wiko), attendez un peu et achetez un vrai téléphone qui durera plusieurs années. L’environnement vous dira merci par la même occasion.