Gagnez plus d’argent en dépensant moins grâce au Minimalisme 💶

habitudes minimalistes

Gagnez plus d’argent en dépensant moins grâce au Minimalisme 💶

habitudes minimalistes

Rester fidèle à soi-même grâce au Minimalisme.

Rester fidèle à soi-même est difficile, en grande partie à cause de la pression sociale qu’il y a autour de nous.

Pendant longtemps, je pensais que posséder des choses était le signe du succès. Posséder un grand appartement dans une grande ville signifiait qu’on avait un job important. Posséder une bibliothèque bien remplie signifiait qu’on était quelqu’un de très cultivé. Posséder cette collection de masques en bois sculpté venue d’Afrique signifiait qu’on avait fait le tour du monde. Avoir plein d’amis signifiait qu’on était cette personne ultra sociable et populaire.

Spoiler alert : c’est faux.

rester fidèle à soi-même

Ne pas se laisser dicter par l’ambition des autres.

Quand je repense à la Margaux qui avait 18 ans, je pense qu’elle se serait dit quelque chose comme :

« Mais où est passé ton ambition, on avait dit que tu travaillerais dans une entreprise super importante, que tu porterais des chemises tous les jours et que tu gagnerais un max de blé ».

Margaux, 18 ans, des étoiles plein les yeux.

Ouais alors non. Désolée de te décevoir, mais je travaille dans une petite entreprise, qui a des valeurs, qui se soucie plus du bien-être de ses employés plutôt que de l’argent qu’elle leur verse à la fin du mois.

On pourrait penser que j’ai perdu mon ambition. Mais réfléchissons deux minutes et demandons-nous :

Qu’est-ce que l’ambition ?

Selon le Larousse1, il y a 3 définitions pour l’ambition :

1. Désir ardent de posséder quelque chose, de parvenir à (faire) quelque chose.

2. Désir ardent de gloire, d’honneurs, de réussite sociale.

3. Prétention de réussir quelque chose.

Et en fait la différence elle est là.

Pensez-vous qu’un gars dans une grande entreprise a plus d’ambition que la personne qui travaille dans un petit café local ? Moi je ne pense pas. L’ambition ne se limite pas uniquement à la carrière professionnelle.

Ce que j’ai appris durant ces quelques dernières années, c’est qu’il ne faut pas se laisser dicter par l’ambition des autres.

Non, je n’ai pas l’ambition de gagner des millions dans une grande entreprise et de monter les échelons en écrasant ceux qui sont en dessous de moi. Non, je n’ai pas l’ambition d’avoir une petite famille parfaite dans une banlieue d’une grande ville. Non, je n’ai pas l’ambition de prendre les transports publics tous les jours pour aller travailler. Non je n’ai pas l’ambition de travailler 60h par semaine en costume cravate.

Votre ambition n’est pas celle des autres.

J’ai l’ambition de vivre des expériences incroyables.

J’ai l’ambition de réussir des choses difficiles.

J’ai l’ambition de construire quelque chose d’important.

J’ai l’ambition d’être indépendante et de ne jamais devoir me soumettre à qui que ce soit.

J’ai l’ambition de me lever chaque matin en étant enthousiaste à l’idée de profiter de cette journée.

Soyez réalistes : qui êtes-vous vraiment ?

Maintenant soyons honnêtes 5 minutes avec nous-mêmes. Posez-vous les bonnes questions.

Aimons-nous vraiment toutes ces choses qui sont exposées dans notre appartement ? Ou est-ce qu’on apprécie plutôt l’image qu’ils renvoient nous concernant ?

Est-ce que j’apprécie réellement le travail que je fais actuellement ? Ou est-ce que j’aime simplement l’idée de dire « je fais ce métier », ou pire, est-ce que c’est parce que mon entourage m’encourage fortement à rester dans cette voie là.

Appréciez-vous vraiment sortir tous les weekends avec vos amis ? Ou est-ce qu’au fond de vous, vous ne préfériez pas faire une petite soirée pizza Netflix tout seul ?

Chaque choix est légitime. Le plus difficile reste encore de réaliser qui on est réellement et d’assumer nos choix.

Pendant des années, j’ai essayé de devenir la personne que je devrais être. Cette personne sociable, très bien payée et avec une carrière toute tracée dans une grande boite. D’ailleurs, je m’en suis longtemps voulue d’être sortir du « droit chemin » en choisissant un autre métier que celui que j’étais destinée à faire après mes études.

Je ne parvenais pas à distinguer si j’avais réellement des regrets ou si c’était les autres qui projetaient leur déception sur moi.

Rester fidèle à soi-même, c’est aussi assumer la vraie « Margaux » et ne pas en avoir honte. L’ambition ne se limite pas uniquement à la carrière professionnelle. Et je dois avouer que je ressens même un sentiment de fierté d’avoir pu changer de « carrière » aussi facilement (bon la chance y est pour beaucoup aussi 😄).

Le poids de nos possessions matériels.

Au fil du temps, j’ai laissé mes possessions me définir. Pourtant, je ne suis plus la personne d’il y a 10 ans. Le passé est derrière nous, et on ne pourra pas le changer.

possessions matériels

Mais en ce qui concerne le présent et le futur, nous en avons encore tous la maîtrise. Tout est une question de choix.

La liberté que nous avons tous, c’est la liberté de faire des choix.

Prenons un exemple : les livres.

Avant, ma bibliothèque était remplie de livres que je n’avais jamais lu ou que je n’avais pas aimé. Et je suis sûre que je n’étais pas la seule.

Lorsqu’on vous demande ce que vous aimez dans la vie, peut-être que vous êtes du genre à répondre : « J’aime lire des livres ».

Si c’était vrai, ne trouveriez-vous pas le temps de lire tous ces livres ? Peut-être aimez-vous l’idée de passer vos week-ends à lire, tranquillement allongé dans votre canapé, mais en réalité, vous trouvez d’autres façons d’utiliser votre temps.

Généralement, lorsque vous êtes sur votre canapé, vous êtes en train de regarder la télévision. Vous regardez cette émission de cuisine tout en scrollant votre fil d’actualité Instagram. Ou alors vous en êtes à votre 6ème épisode consécutif de votre nouvelle série Netflix. Et vous n’avez aucune motivation d’arrêter.

regarder la télé, scroll iphone

Et c’est tout à fait ok, il n’y a aucun mal à ça. Mais soyez honnêtes, assumez-le et ne laissez plus ces livres vous faire culpabiliser au quotidien parce que vous ne les avez pas lus.

Pour certains d’entre nous, conserver ces objets nous fait éprouver des regrets et de la culpabilité. On ressent ces sentiments négatifs parce que nous avons gaspillé notre argent pour des objets que nous n’utilisons pas ou que nous n’aimons pas réellement.

Et je suis persuadée que beaucoup de personnes achètent aussi des livres parce qu’elles aiment l’image qu’ils renvoient d’eux-mêmes. D’ailleurs, ça a été mon cas pendant longtemps.

Pourtant, ça m’empêchait pas d’en acheter des nouveaux sur Amazon. Acheter des livres peut vous donner l’impression d’être cultivé, mais au final vous ne savez rien de tout ce qui est écrit dans ces livres.

Libérée, délivrée

Lorsqu’on se débarrasse de ces objets, je peux vous dire qu’on ressent surtout un grand soulagement. On est libéré car on n’a plus le sentiment d’être obligé de faire cette activité ou de porter ces vêtements que nous n’aimons pas.

Par exemple, lorsque je me suis débarrassée de ma télé, je me suis sentie soulagée. J’ai découvert tout le temps que j’avais à disposition pour faire ces choses qui me tenaient réellement à coeur.

C’est comme faire un régime, lorsqu’on a des gâteaux chez soi il est très difficile de résister. C’était pareil pour la télé, elle était là devant moi, et il était si facile de prendre la télécommande, d’appuyer sur le bouton et de m’allonger sur le canapé en regardant des émissions à la con (genre « Recherche appartement ou maison » sur M6).

Alors je vous rassure, je ne suis pas en train de dire que je n’ai plus aucun distraction. Au contraire, j’ai même pris un abonnement Netflix à la place. Mais j’ai beaucoup plus d’intentionnalité avec la manière de passer mon temps libre. Je choisis les films et les séries que je regarde, et la télé ne tourne plus en arrière plan dans mon appartement.

Après avoir fait ce tri, j’ai eu davantage de temps pour faire ce qui comptait réellement pour moi. J’ai eu le temps de démarrer cette chaîne Youtube par exemple. D’ailleurs, n’hésitez pas à venir y faire un petit tour 😊 🎥

Les leçons que j’ai apprises grâce au Minimalisme.

Nos possessions ont un impact bien plus important sur notre mental que nous ne voulons l’admettre. Nous pouvons facilement lier nos espoirs, nos rêves, nos aspirations et nos réalisations aux objets qui nous entourent.

Pour nous créer un meilleur avenir, nous devons honnêtement réévaluer nos envies.

Allez-vous utiliser le matériel de bricolage qui se trouve dans votre maison ou est-il temps d’abandonner cet objectif ? Allez-vous un jour porter ce sac Louis Vuitton ou assumez-vous qu’il n’est en réalité pas pratique du tout et qu’un bon sac à dos est bien plus confortable ?

Soit vous prenez le temps d’utiliser ces objets, soit vous les abandonnez. Parce qu’il est tout à fait légitime de les conserver si vous êtes honnêtes avec vous-même. Vous pouvez conserver ce livre que vous n’avez jamais lu, mais alors lisez-le. Pas un jour, mais maintenant.

Il n’est pas évident de se défaire de ces choses, mais nous devons le faire pour vivre au mieux notre vie. Si nous nous accrochons à de fausses images de nous-mêmes, nous ne pouvons pas découvrir qui nous sommes réellement.

Mais je vous l’accorde, rester fidèle à soi-même est difficile.

salon minimaliste

A travers le minimalisme, on prend conscience des objets qui nous entourent. On apprend à utiliser les choses que l’on possède avant d’en acheter d’autres. Et surtout on apprend à ne plus acheter ces objets qui nous font nous sentir coupable. Alors bien sûr, ça arrive de faire des erreurs d’achats, mais ça se produit beaucoup moins souvent.

Et si nous jetons ces objets, cela signifie-t-il que nous renonçons à croire en ce que nous pensons ou à faire toutes ces choses que l’on s’était promis de faire un jour ?

Bien sûr que non.

Lorsque je me suis débarrassée de ces possessions, je pensais ressentir de la culpabilité et des regrets. Au lieu de cela, je me suis sentie soulagée. J’ai laissé tomber des attentes irréalistes à mon égard. Des attentes qui ne me définissaient pas vraiment.

Prenez conscience de la personne que vous êtes vraiment.

J’ai laissé de côté cette vision que j’avais créée pour moi à 18 ans. A la place, j’écris une nouvelle histoire, l’histoire de qui je suis réellement.

Oui, je ne suis pas devenue la personne que je pensais être. Mais en réalité, cette personne n’était pas moi.

Rester fidèle à soi-même est important. C’est un long processus qui durera toute votre vie. Et ça ne se fera pas du jour au lendemain. Tout ne s’arrêtera pas dès que vous aurez jeté quelques-uns de vos livres. Comme pour tout, il faudra être patient 😉


1 : https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/ambition/2727

2 réflexions sur “Rester fidèle à soi-même grâce au Minimalisme.”

  1. Bonjour Margaux,
    merci pour cet article intéressant. Je me suis moi-même intéressé aux finances personnelles ainsi que le minimaliste il y a moins d’un an et je sens avoir touché un point sensible mais important. Ma situation n’est pas là même car j’ai une famille que je supporte avec mon travail qui est le seul revenu du foyer pour l’instant et je me rends compte qu’il n’est déjà pas facile de se convaincre et changer ses habitudes mais lorsqu’il faut convaincre et faire des compromis avec d’autres personnes, la tâche est d’autant plus complexe.
    Toutefois j’ai déjà commencé à réduire mes objets personnelles et après discussion dans le couple à d’autres objets de la famille (en particulier les objets pour enfants qui ne sont plus utiles, habits trop petits, accessoires bébés, etc…).
    Je suis d’accord avoir toi que cela fait un bien fou de se débarrasser d’objets auquel on ne tient pas (plus) du tout et s’est aussi très intéressant de retomber sur des objets auquel on tient vraiment et de réfléchir à comment les utiliser à nouveau ou les mettre en valeur.
    J’ai arrêté de collection tout et n’importe quoi, j’ai arrêté d’acheter des cadeaux parce qu’il le faut et encore moins de ramener des souvenirs de tous mes voyages. L’entourage a parfois de la peine à comprendre mais parfois à l’inverse on est soutenu et on constate que c’est le cas pour d’autres personnes de la familles ou des amis.
    Nous avons encore beaucoup d’objets à trier, on ne voit pas le fond de la cave et dans certaines armoires les objets tombent quand on ouvre, mais on a aussi l’impression d’avoir déjà beaucoup trié et débarrasser. Je pense que c’est un effort continu à la fois pour ne pas accumuler plus et pour trier continuellement. Ce qui n’est pas concevable de vendre/donner/jeter aujourd’hui, le sera peut être demain (l’inverse par contre est très rarement le cas comme tu le fais remarquer).
    Finalement c’est toujours le temps qui manque trier ses objets mais j’ai de plus en plus cette impression que cela va à terme libérer du temps pour autre chose alors je continue chaque fois que possible de trier, armoire par armoire, tiroir par tiroir, carton par carton et je soutiendrais n’importe qui souhaitant aller dans cette direction.

    Bonne continuation avec le blog et la chaîne YouTube.
    Eluc

    1. Salut Eluc, merci pour ton commentaire !
      Je te comprends tout à fait. Et j’imagine que c’est d’autant plus difficile avec une famille et lorsqu’on partage notre vie avec quelqu’un d’autre. Il faut aussi apprendre à faire des compromis. Pour ma part, c’est une des parties les plus difficile.
      Mais c’est super si tu arrives à faire les choses petit à petit, ce qui compte c’est d’en prendre conscience et de commencer simplement. Et si tu es déjà dans cette démarche « minimaliste », il y aura aussi moins d’objets qui rentreront dans ta vie donc tu devrais y voir plus clair au bout d’un moment.
      Bon courage dans ta démarche 💪🏻🙂
      Margaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *